City trip en Suède | Stockholm - Gorille en espadrilles

Stockholm, capitale scandinave

Gamla Stan, retour au Moyen Age

carnet de voyage
walesblog photo

J’ouvre une page d’histoire et me retrouve dans le repli d’une page cornée un peu poussiéreuse ! Atterrissage forcé dans ce qui était anciennement le bidonville de Stockholm, devenu aujourd’hui un passage obligatoire pour tout bon touriste qui se respecte ! A une autre époque, je serai en train de descendre au plus profond de mon âme, arpenter des sentiers solitaires, la peur au ventre sans trop savoir où cela pourrait me mener. Et pourtant, aujourd’hui, chaque ruelle s’avère un délice. Il suffit de prendre une petite sente pour découvrir avec admiration cette autre rue si typique. Les couleurs ocres et pastels se mélangent délicatement dans ce tableau médiéval revisité. Le XIIIe siècle ressurgit de toute sa force. C’est au travers des yeux de ce petit garçon qui bravait fièrement sa petite épée en bois que j’envahis cette bourgade d’antan.

carnet de voyage
walesblog photo
walesblog photo

Sodermalm, hipster un jour

Relax dans la ville, c’est une douce musique de jazz à la fois douce et entrainante qui prend en otage toutes les cellules de mon corps. Toutes mes pensées ne font plus qu’un et traversent des sentiers que je n’ai jamais emprunté. Je me retrouve téléporté dans le New York des années 30, le New York hipster, artistique, rétro et branché. Je vois un homme d’une quarantaine d’année la barbe bien taillée traverser la rue, un vinyle sous le bras. Il vit ici-même dans le quartier Sofo, une histoire d’amour à la scandinave au beau milieu de ce sanctuaire qui a inventé la déco si branchée du moment.
Mes yeux voient un taxi jaune à un coin de rue tourner dans la grande avenue dans les profondeurs d’un Harlem suédois. Derrière se cache majestueusement de grands bâtiments qui dénotent bien les couleurs nordiques du vieux continent.
Je cligne des yeux et la seconde suivante, je me retrouve dans l’ancienne banlieue ouvrière de Stockholm. Ces kakars, maisons rouge des ouvriers du XIXe siècle se dressent encore avec beaucoup de fierté sur les hauteurs de Sodermalm. De jolies chants d’oiseaux agrémentent les chaleureux passages qui sillonnent entre ces belles demeures d’un autre siècle.

carnet de voyage
carnet de voyage
walesblog photo
carnet de voyage

Au sud de ce district, une belle balade longe les quais de l’Årstaviken où d’adorables bicoques laissent entrevoir le cadre de vie chaleureux de ses vergers. Des pontons en bois permettent aux joggeurs de passer d’une rive à l’autre. Je vois un homme flâner posément, son regard se pose sur le rivage puis soudainement il retire ses vêtements, les laisse sur le ponton et saute dans les eaux profondes de la baltique ! Un petit bain rafraichissant à la scandinave, si soudain… Bienvenue à Stockholm pour les petits nouveaux !

walesblog photo

Djurgården, l’île verte

L’âme des grands constructeurs vikings venait de passer par là une fois de plus ! C’est par la grande porte que ce gigantesque navire, mastodonte de la marine suédoise du XVIIe siècle, entreprit sa première sortie dans la baie de Stockholm. Odin, dieu de la guerre et de la sagesse était vraisemblablement parti ce jour conquérir d’autres terres, peut-être en quête du Valhalla ! Au même moment, sombra le Vasa dès son premier voyage dans la baie. Trois long siècle d’exploration des fonds marins pour ce bateau qui vécut la plus grande partie de son temps sous les eaux de la capitale. Aujourd’hui, l’état de conservation de ce petit bijou d’antan est exceptionnel. La porte des eaux du grand Stockholm venait de se rouvrir.

carnet de voyage
walesblog photo

Norrmalm, l’éclat de verre

Qui n’aimerait pas ralentir le monde pour sentir toute sa force à juste titre ? En ce moment même, j’aimerais regarder les gens défiler lentement, voir leurs gestes se figer pour percevoir l’acuité de chaque pas, chaque balancement de bras, chaque parole, chaque mouvement de hanche, et voir cette scène s’accélérer puis ralentir puis s’accélérer et ralentir… Percevoir cette justesse, comprendre ce qui les animent, pourquoi ils se retrouvent ici-même dans cette ville, dans ce quartier, dans cette rue, à s’activer si violemment pour rentrer et sortir des magasins à la vitesse d’un courant d’air. La société de consommation les poussent à se retrouver là mais quelle en est la véritable raison ? Ont-ils vraiment besoin d’être ici ? Est-ce une forme d’ennui ? Ils accourent de boutiques en boutiques comme si leur vie dépendait de leurs achats et que toute la rue se devait d’être consommée jusqu’à la moelle. Est-ce un jeu ? Y-a–t’il quelque chose à gagner ? Et moi d’ailleurs, que fais-je ici même ? Finalement, je pourrais aussi me retourner la question ! Me suis-je perdu ? Je finis par rentrer de cette virée avec une nouvelle chemise qui repose bien pliée dans ce beau sac en plastique…
Ce monde tourne à deux cents à l’heure et nous y voilà, au cœur du centre économique de la capitale, dans le quartier contemporain, temple du shopping et de la schizophrénie, dans l’un de ces nombreux bastion de l’homme moderne qui semble courir après un vide toujours plus grand.

walesblog photo
carnet de voyage

Vers l’au-delà

Petite libellule bleue au ton éclatant qui s’envole et se retrouve dans une nature boisée à l’odeur de pinède. Skogskyrkogården est le cimetière de Stockholm classé à l’UNESCO qui a inspiré de nombreux cimetières de par le monde par son ambiance apaisante et atypique. A elle seule, elle donne aux demeurants une seconde vie, une sorte de vie éternelle.

carnet de voyage

Saltsjöbaden, la richissime

Ce matin, j’ouvre ces lourds rideaux de velours et je vois une société dressée fièrement de toute sa hauteur. Le grand hotel resplendit avec une beauté blanchâtre sans pareille. En toile de fond, les cygnes nagent dans la Baltique à la lumière d’un soleil naissant. De jeunes femmes et hommes montent le perron de la très luxueuse résidence et se débarrassent de leurs charges par un valet aux petits soins. Ce dernier s’empresse d’assigner le matériel de golf. Pendant ce temps là, un yacht rejette dans la marina les dernières traînées de fioul. Non loin, des cygnes qui peinent à comprendre pourquoi on les aspergent de cette substance meurtrière ! Ces gentils hommes rentrent se coucher dans un cocon douillet. Ils dormiront ce soir point fermés dans des draps fait de coton satinés. Mais ne savent-ils pas que ces derniers rejettent aussi une substance funeste imprégnée de pesticides qui finira par rendre justice à cet oiseau qui tiendra un jour justement sa place dans le monde des fées et les regardera de son piédestal avec un rire qui en dit long !

carnet de voyage

Tyresta National Park, la nature sauvage

Ancienne forêt, refuge pour de nombreuses espèces animales et végétales, Tyresta National Park est un endroit privilégié aux portes de la capitale. Certains jours, j’ai l’esprit plus contemplatif que d’autres. Mais je pense que certains lieux comme celui-ci peuvent nous amener naturellement aux portes de la méditation. Quand je m’approche de ces somptueux pins sylvestre de plus de 300 ans, je m’incline sans grande force face à ces mastodontes, ces ancêtres qui nous ont tous vu naître. Je termine cette belle balade, les pieds au dessus du sol, sur des chemins tout étriqués construits à partir de planches en bois qui slaloment entre les herbes hautes de la forêt.

carnet de voyage

Somewhere else

De grandes allées, des temples, pavillons et châteaux, nous pourrions nous croire à Versailles. Un des plus beaux exemples de jardins à l’anglaise vient s’offrir à nous. De belles prairies vallonnées sont à notre disposition pour le plaisir de nos yeux. Au loin, la mer Baltique vient se perdre dans les méandres d’un archipel désintégré de plus de 30000 îles.

walesblog photo

Vaxhom, découverte de l’archipel

S’enfoncer tout simplement dans les profondeurs de Vaxhom, faire le tour de la péninsule et regarder l’eau finir ses remous avec délicatesse contre le rivage puis rafraîchir les grains de sable et chatouiller les racines des pins. Il est temps de profiter de ce moment de douceur sur une petite plage. Une famille célèbre un anniversaire devant les braises d’un barbecue. Derrière, le soleil éblouit la nature dans son ensemble et les rires des enfants se perdent avec joie et bonne humeur dans l’atmosphère.
De l’autre côté de l’île, l’ambiance est à la flânerie. Je vois passer des maisons typiques aux couleurs chaudes pour certaines. D’autres ont préféré arborer des couleurs plus apaisantes, un blanc cassé qui s’affiche avec élégance et attire les touristes friands de petites coquetteries. La journée se termine sur une terrasse ensoleillée, quelques bateaux mouillent ci et là dans la marina attenante. La douceur de vivre de ces pays du Nord m’alpague une fois de plus ! Il me tarde déjà de revenir respirer cet air frais et sec ô combien régénérant.

walesblog photo
carnet de voyage
carnet de voyage
carnet de voyage
expand_less

Messages Facebook

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *