Pays de Sault | Pyrénées - Gorille en espadrilles, le carnet de voyage.

Les Pyrénées depuis le plateau de Sault

Bienvenue en Pays de Sault

Foix est l’un des derniers bastions qui nous relie à la civilisation. A moins que ce ne soit Lavelanet, ce gros village au bord de la longue départementale qui court jusqu’à Perpignan. D’autres y verront Belesta, dernière bourgade avant cette longue et belle montée qui traverse l’une des plus belles sapinières de France. Sur la route, dans la montée, en toute lettre blanche et grasse, sur un fond noir de jais, on peut lire “Col de la croix des morts, Altitude 899m” ! Après quelques longues minutes, un dernier virage, le moteur de la voiture vrombit une dernière fois. Plus que quelques mètres nous séparaient du magnifique et intemporel plateau de Sault.

...
pays cathareblog photo

Mes premiers pas

Plateau de Sault, Roquefeuil, 1988.
Un premier, un deuxième et un troisième. Je venais tout juste de faire mes premiers pas ! Sur la terrasse de la maison de mon oncle et ma tante, j’avais sûrement été attiré par ces majestueuses montagnes qui se dressaient au-dessus du ranch. La grande aventure n’en était alors qu’à ses balbutiements.

languedoc

Petite virée en moto

Je m’installais à l’avant de la moto. Mon oncle commençait à gravir les premiers mètres avec douceur pour me mettre en confiance. Nous partions faire un tour dans la montagne. J’avais l’impression de glisser tout le temps, je m’accrochais très fort, d’autant plus que la moto dérapait sur ce chemin, pour l’essentiel caillouteux. Arrivé en haut, il me montra sa toute petite maison dans les contreforts du village, que l’on appelait tous “le ranch”. Sur la descente, j’avais un peu peur, d’ailleurs j’ai jamais aimé la vitesse en moto. Alors je finis le trajet les yeux clos pour que le temps passe plus vite ! J’ai toujours les yeux fermé mais cette fois-ci, c’est pour me rappeler intensément ces beaux souvenirs.

A la découverte du monde

Je n’avais encore jamais réellement pris conscience de notre place ici sur terre avant ce jour-là. La terre, cette petite planète qui tourne autour du soleil, coincée dans une galaxie très très lointaine au milieu de rien ou au milieu de tout, qui sommes nous pour le savoir ? Toutes ces étoiles, ce tableau du passé, reflet d’un temps révolu. Ce plateau d’altitude m’a fait prendre conscience que nous n’étions que des petites choses dans un ensemble encore bien trop grand pour que nous le comprenions ! De toutes petites choses dans un monde infiniment trop grand…

gites de france aude
meteo pyreneesaude france

Je me rappelle de ces nombreuses soirées d’Août, à me tordre le coup et à suivre le doigt de mon oncle qui mettait un nom sur les différentes étoiles et constellations Ce ciel étoilé comme cette veilleuse d’un soir dans une chambre d’enfant me rassure encore aujourd’hui. Lorsque je me projette dans cet espace infini, je me dit qu’il est bien peu probable que nous soyons seuls. Mais comment comprendre ce qui peut bien se passer là-haut quand nous avons déjà du mal à cerner tous les rouages de notre monde ! Tout semble si loin, tout semble si complexe, on pourrait passer ici sur la terrasse des millénaires à contempler le ciel, à méditer et à refaire le monde

belcaire

Jardin d’enfant

Derrière la maison de mon oncle et ma tante, il y avait ce petit jardin en pente. Aujourd’hui, bien qu’un peu laissé à l’abandon, ce petit bout de terre a connu ses heures de gloire. Mon oncle m’avait embauché si je puis dire pour y déplacer les cailloux. J’allais chercher avec entrain tout un tas de caillasses et les positionnais minutieusement les uns sur les autres pour construire un chemin. C’est drôle comme quoi à cet âge, on se prend facilement à ces jeux. J’étais fier de construire quelque chose et de participer à l’élaboration de ce petit havre de paix. Le chemin prenait forme petit à petit. Une petite sente qui zizgaguait, quelques marches qui descendaient au sein de ce charmant petit jardin. Parfois l’après-midi, quand il faisait chaud, mon oncle installait une piscine où nous tous, cousins et cousines pouvions nous rafraîchir un peu. Mais je choisissais souvent de continuer à transporter les pierres, je devais mener à bien ma mission !

La famille

J’aime beaucoup me rappeler ces repas de famille où tout le monde parle fort. Tous occupé à préparer, astiquer, nettoyer. Tous à vouloir bien faire pour passer un bon moment autour d’un bon repas ! Nous les enfants, à la vaisselle puis à mettre la table. Les pères à discuter et surveiller toujours avec un regard très technique les braises du barbecue. Nos ancêtres très très lointain pourraient en être fiers enfin jusqu’à ce qu’ils finissent par rajouter du charbon en catimini ! Nos mères, qui s’activaient pour mijoter un bon petit plat ! Et ça discute de plats en sauce, de recettes et de condiments dont on a jamais vu la couleur. A les entendre, ça donnait envie de s’attabler. Puis vint enfin l’heure où le plat fut servi : pâtes, gruyère, saucisses ! Qui veut du sel ?

quillan

L’adolescence

Une fête de village se préparait à Belcaire, la ville voisine. Alors nous sautions tous dans la Renault 21 de mon cousin, tout droit sortie d’un volet de Mad Max ! Le coffre avait subi des transformations quelques peu étranges, on pouvait y trouver d’énormes caisses de résonance. Le moteur s’emballa et c’était parti, décollage sur cette longue route droite qui relie Roquefeuil à Belcaire. L’aiguille de vitesse peinait à tenir la route, une vague de son déferla sur toute la campagne environnante à l’image de cet engin délirant qui filait à toute vitesse. En plein rush, mon cousin coupa le moteur de la voiture, il retira les clés et s’amusa à les faire rouler entre ses doigts.
Un peu éméché, sur la route du retour, nous rentrions par une route secondaire en pleine nuit, plein phare, moteur coupé et en roue libre jusqu’à Roquefeuil. Bref, un petit moment d’adolescence.

L’Héritage

Originaire de la région, mon grand-père possédait autrefois une parcelle attenante à un vaste lac sur la commune de Belcaire, qu’il a offert à la mairie. Aujourd’hui, ce terrain a été transformé en une petite base de loisirs (pédalos, terrain de tennis, chalets de vacances), un véritable havre de paix. Il est possible de faire le tour du lac et un ponton en bois permet de profiter de ce petit bout de Scandinavie.

Une petite leçon de glisse

Ascou, Camurac, les Mont d’Olmes, Ax, autant de possibilités que nous avions depuis Roquefeuil pour aller fouler les pistes de l’Ariège et de l’Aude !
Je vois encore le turbo de la Subaru monter dans les tours et la Twingo qui fait un tête à queue en bordure de ravin. Puis, cette snowboardeuse percutée de plein fouet, s’ensuit alors une descente à vive allure sur des centaines de mètres accrochés l’un à l’autre les yeux dans les yeux dans le plus grand anonymat.
Pour finir en beauté, ce tout schuss inoubliable long comme le temps, petit mouvement sur le côté et cette petite caresse sur le grand manteau neigeux. Plusieurs minutes à écouter le son de la glisse sur une montagne blanche comme neige. Enfin la course reprit avec le bon vieux Marty à la conquête des longues traversées ariégeoises.

camurac
voyage derniere minute
blog de voyagemeilleurs blogs

Col du Chioula

C’était un jour d’hiver, très froid. En voiture, nous montions jusqu’au col du Choulia sous une neige battante. Après avoir passé quelques minutes à chaîner au bord de la route, les doigts glacés, nous essayions de les réchauffer en souffrance contre le radiateur de la voiture qui peinait à cracher de l’air chaud. Arrivé en haut du col, l‘air était glacial, nous étions vêtu comme de véritables bonhommes de neiges ! Voilà que nous partions pour une expédition de l’extrême.

sault
montagnecité de carcassonne
hotel ax les thermes
ski
midi pyrénées
occitanie

A peine à 300m du véhicule, un vent puissant se mit à souffler. La température extérieure alors de -15°c commençaient à se faire sentir durement, le froid s’engouffrait dans toutes nos couches de vêtements ! La neige tombait à flot plus que jamais et en quelques secondes seulement la tempête de neige avait entièrement recouvert tout le sentier derrière nous. Les balises commençaient à être ensevelies sous la neige. Le brouillard s’épaississait. Nous venions de tomber dans un nuage blanc. Nous avions perdus absolument tous nos repères, Impossible de distinguer la direction à prendre. Nord, sud, est, ouest, plus rien de tout ça n’existait. Nous étions fait comme des rats. Mon seul point de repère restait la terre.
J’essayais de sortir mon téléphone mais en vain, mes doigts étaient si glacés que l’écran ne détectait plus mes empreintes. Impossible d’utiliser ce satané téléphone ! A ce moment-là, je pestais contre ces petits appareils tout tactiles et regrettais cette époque où il y avait encore des touches.
Un vent de panique nous assailli. Il fallait bouger vite car à ce rythme le froid allait nous transformer en statues de glace. Nous marchions sans trop savoir où aller mais heureusement on aperçut rapidement l’un de ces piques en bois qui bordait le chemin et qui devait dépasser plus que de 4 ou 5 cm du sol. Nous savions que le chemin que nous avions pris à l’aller était presque droit et fort heureusement ! Nous sentions le sentier descendre, quelle histoire !

les pyrénéesaude
meteo saultroussillon
chalet pyrénéesenneigement pyrénées
neige pyrénées

Regard sur l’Aude et l’Ariège

location montagne pyrénéeslanguedoc roussillon

J’avais souvent faite cette petite grimpette du pic du midi. Pas celui dont on pense tous, non seulement cette petite montagne qui surplombe Roquefeuil. Oui, il s’agit aussi du pic du midi et celui-ci s’élève à 1179 mètres ! Au début de cette randonnée, encore ni trop haut, ni trop bas, c’est un endroit parfait pour bien se rendre compte des grands et rares espaces nordiques de l’Aude. Très rapidement, on entre dans les belles forêts de sapins réputées pour abriter des conifères géants.
La zone reste très peu fréquentée, la forêt était à nous. Un sentier de crête jonché de petites pierres et de plantes aromatiques mène jusqu’au pic. Au sommet, en haut du pic, un grand bâton érigé de toute sa hauteur. La main posé sur ce sceptre en bois, le regard porté au loin, je contemplais mon pays cathare, pays de mes ancêtres, dans le plus grand des silences ! Une petite pensée à toi papi…

region occitanie
catharesfrance tourisme
tourisme france
roussillon france
expand_less

Messages Facebook

Commentaires

2 réponses à “Les Pyrénées depuis le plateau de Sault”

  1. Elie dit :

    Super article ! J’ai beaucoup aimé et les photos sont superbes !!!

  2. Bernard dit :

    Félicitations. Tes souvenirs des cailloux et de la moto me font beaucoup plaisir. A rajouter : à faire : fête du deltaplane début août, fête d’ Espezel fin octobre, plus sortie en quad, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *